HORÁRIO VISITA: Terça a domingo das 10h às 18h

Amália au cinéma

Une autre dimension artistique


"Capas Negras" (1947)

La voix et l’image de Amália Rodrigues ont également marqué leur présence sur le grand écran, outre les grandes salles de spectacle dans le monde entier. Quand elle était petite, elle disait qu’elle voulait être Sylvia Sidney ou Greta Garbo, et quand les films avaient des fins tristes, elle voulait les changer, inventer d’autres finales. Le désir de devenir artiste l’a toujours accompagnée, mais elle n’a jamais pensé que cela puisse vraiment arriver.

Quand elle est entrée dans les premiers films, Amália était déjà connue à Lisbonne pour chanter dans les maisons de fado, dans le théâtre et dans la revista (espèce de vaudeville), et elle avait déjà enregistré ses premiers disques au Brésil. Le cinéma a été l’un des aspects importants de la carrière de Amália.

Le grand début d’Amália au cinéma fut en 1947, bien que la première invitation soit apparue quelques années plus tôt, en 1941, par la main de António Lopes Ribeiro pour faire partie de Pátio das Cantigas. Le personnage principal était fait pour Amália, une jeune fille qui chantait le fado et qui s’appelait Amália. Cependant, le maquilleur António Vilar a pensé que les sourcils de Amália ne correspondaient pas au cinéma et le rôle a été donné à Maria Paula, une actrice portugaise.

Amália a participé à de nombreux films, comme protagoniste ou même interprétant en son propre nom.

Les plus grands succès ont été Capas Negras et Fado, História de uma Cantadeira. Le succès fut si grand que des foules se rassemblèrent pour voir Amália, et il fallait des cordons de troupes pour qu’elle puisse passer.

Mais ce qu’on veut réellement mettre en évidence, c’est le film Les Amants du Tage. Ce film a parcouru le monde et, de cette façon, tout le monde a pu voir et entendre Amália Rodrigues. Les gens sont tombés amoureux de la voix de Amália en chantant “Barco Negro”, ce qui l’a conduite à l’Olympia (Paris) et à une carrière internationale. “Le film m’a donné le coup d’envoi en France, et la France m’a donné le coup d’envoi dans le monde.”, dit-elle à Vítor Pavão dos Santos pour sa biographie. Dans presque toutes ses participations au cinéma, Amália interprète plusieurs thèmes musicaux. As Ilhas Encantadas est le seul film où elle ne chante pas.

Les gens sont tombés amoureux de la voix d’Amália en chantant “Barco Negro”, ce qui l’a conduite à l’Olympia (Paris) et à une carrière internationale.


Participations comme protagoniste

"Fado, História de uma Cantadeira" (1947)

"Fado Corrido" (1964)

Le grand début d’Amália comme actrice a été dans le film Capas Negras, de 1947. Ce film a été l’un des plus grands succès du cinéma portugais : il a battu des records de billetterie et de permanence à l’affiche.

Puis il y eut Fado, História de Uma Cantadeira de 1947 – un autre grand succès, vu par des milliers de spectateurs, semaine après semaine. L’intrigue ressemble à des épisodes de la vie d’Amália Rodrigues. Pourtant, dans sa biographie, elle a dit que « (…) il n’a rien à voir avec mon histoire, à part que j’ai épousé un guitariste et que je vendais des fruits. ».

Après “Fado” elle a été invité par Leitão de Barros à jouer comme protagoniste de Vendaval Maravilhoso, de 1949, dans le rôle de Eugénia da Câmara.

En 1958, elle est l’actrice principale dans le film Sangue Toureiro, le premier long métrage de fiction portugaise en couleurs. Amália Rodrigues a joué le rôle de chanteuse de fado, et Diamantino Viseu le rôle de torero.

En 1964, dans Fado Corrido, les protagonistes ont été le réalisateur lui-même et Amália Rodrigues, qui a joué le rôle de chanteuse de fado.

Enfin, As Ilhas Encantadas, de 1965, le seul film où elle ne chante pas, a été tourné sur l’île de Porto Santo (Madère). Et c’est pendant les enregistrements de ce film que Amália finit par rencontrer Augusto Cabrita. « C’est sur le tournage de As Ilhas Encantadas que j’ai rencontré Augusto Cabrita. J’étais à Porto Santo, sans me maquiller, les cheveux attachés, et quand je suis arrivée bien arrangée, il a été très déçu et ne voulait pas me photographier comme ça. J’ai dû lui dire : ‘Je suis Amália Rodrigues, je ne suis pas Hunila, et je veux des photos de moi.’ », dit-elle dans la biographie de Vítor Pavão dos Santos.

Voici les participations d’Amália Rodrigues au grand écran comme protagoniste. De plus, Amália a aussi eu des participations plus courtes dans plusieurs d’autres films.


Participations spéciales

Même à part les rôles principaux, Amália et sa voix sont présentes dans plusieurs films.

Dans Fado Malhoa, un ensemble de courts métrages de 1947 dirigés par Augusto Fraga et filmés à Madrid, Amália chante le thème « Fado Malhoa » avec Jaime Santos, dans une reconstitution du tableau O Fado. Dans le film Sol e Toiros de 1949, Amália apparaît dans une scène d’hommage au torero et interprète le fado « Silêncio ». Música de Sempre (Musica de Siempre) est une comédie musicale, de 1955, composée d’une succession de tableaux musicaux enregistrés en studio – Amália Rodrigues entre dans le film en chantant le thème « Lisboa Não Sejas Francesa ». En 1955, elle entre dans le film Les Amants du Tage, un film très important dans la carrière internationale d’Amália. Dans ce film, Amália chante « Barco Negro » et « Solidão ». Primavera em Portugal (April in Portugal) est un court métrage de voyage, de 1955, dans un itinéraire par Lisbonne – Amália apparaît dans le quartier d’Alfama en chantant les thèmes « Coimbra » et « Canção do Mar ». L’interprétation du thème « Coimbra » a connu un tel succès qu’il est devenu connu sous le titre « Abril em Portugal ». Canções Unidas (Las Canciones Unidas) a été une œuvre signée par quatre réalisateurs en 1960, avec une sélection de grands noms de la musique du monde entier, où chaque pays expose sa culture avec l’interprétation d’un thème musical – le Portugal présente le fado, avec Amália Rodrigues et le thème « Uma Casa Portuguesa ». Le film Via Macau (Via Macao) de 1966, film à suspense, comprend une interprétation du thème « Le Premier Jour du Monde ». Enfin, en 1991, elle entre dans le film Até ao fim do mundo, sous la direction de Wim Wenders – Amália apparaît sur un tramway en train de parler à un couple amoureux qu’elle applaudit.


Un projet non réalisé avec Anthony Quinn

Amália a des projets non réalisés. L’un d’eux, peut-être le plus important, était avec Anthony Quinn. L’invitation eut lieu lorsque Amália se rendit à Cannes pour recevoir un prix au M.I.D.E.M. (1967). Quinn lui proposa de participer au Bodas de Sangue de Lorca. Tout était arrangé et ils ont même échangés des lettres. Cependant, les héritiers de Lorca n’ont pas donné la permission. Anthony Quinn a écrit à Amália en lui demandant de choisir un autre argument, mais comme elle dit dans sa biographie à Vítor Pavão dos Santos:

« (…) Je suis très négligente et je ne savais pas comment trouver un argument, je n’avais pas de confiance en moi, j’avais honte de demander aux gens, je n’ai rien fait. Je ne lui ai même pas répondu. C’est dommage ! »